· 

La coiffe dite de Sainte Brigitte

Tutoriel réalisé par Sihame Cornetet.

Se coiffer en reconstitution, un souci commun à toutes les filles et femmes. S'il y a une coiffe à avoir, avant toutes les autres, c'est bien la coiffe qu'on appelle, dans le milieu, "la coiffe de travail" ou coiffe de Sainte Brigitte. Elle est présente tout au long du XIIIe siècle et même après, alors, n'hésitez pas une seule seconde !

 

Sans plus tarder, je vous propose un tutoriel afin que vous puissiez en réaliser une. Si vous ne souhaitez pas faire la coiffe brodée, il vous suffit d'ignorer la partie du tutoriel concernant la broderie. 

Les sources

Voici une sélection non exhaustive de sources montrant la coiffe dont il est question. 

 

 

 

 

 

 

Fig.1 Bible de Maciejowski, vers 1250, Paris, New York, Pierpont Morgan Library, Ms. Lat. M.638 (détail).© The Morgan Library & Museum

 

 

 

 

Fig. 2 Bible de Maciejowski, vers 1250, Paris, New York, Pierpont Morgan Library, Ms. Lat. M.638 (détail).© The Morgan Library & Museum

 

 

 

 

Fig. 3 (à gauche) et Fig. 4(à droite) :  La Patience portant la coiffe, cathédrale Notre Dame d'Amiens, XIIIe siècle. Crédit photos Laetitia Breteaux Martini

 

 

 

 

 

 

Fig. 5 Coiffe qui aurait appartenu à Sainte Brigitte. 

Image trouvée sur Pinterest.

 


Patron (coiffe simple et brodée)

Afin de réaliser votre coiffe, vous avez besoin de 1m de lin. Où pouvez-vous trouver du lin blanc ? Au Marché de l'Histoire qui a lieu, deux fois par an (avril et novembre, à Compiègne. Vous pouvez en trouver sur internet, je vous propose un site que j'ai trouvé en faisant une recherche dur Google https://www.couturelin.com/tissu-tres-fin-blanc-optique-en-lin.html. Il est important de prendre un lin plutôt fin, il sera souple et agréable à porter. Ce paragraphe a été rajouté le 02/08 suite à une question pertinente de Legia Sorty sur un des partages sur Facebook. 

 

Pour la réalisation, vous avez besoin de deux pièces de lin fin de 40 x 40 cm.  Vous pouvez pliez en deux votre tissu et reporter le patron ci-dessous Fig. 6.

Les deux parties arrondies sont celles qui seront cousues et assemblées pour former le haut de la tête (tirets rouges). Les pointillés bleus sont les fronces du bas de la coiffe. 

 

Fig. 6 Patron de la coiffe.
Fig. 6 Patron de la coiffe.

 

Pour les deux versions de la coiffe, faites un ourlet sur les parties arrondies des deux pièces de tissu cf. Fig. 7.

Fig. 7 - L'ourlet.
Fig. 7 - L'ourlet.

Broderie

Pour celle qui veulent réaliser une coiffe simple, vous pouvez ignorer cette étape et passer directement à l'assemblage. 

 

Le point de broderie utilisé sur la coiffe est le Interlaced Herringbone ou Herringbone entrelacé. Un point qu'on peut utiliser pour relier deux pièces de tissus comme c'est le cas ici. Le point est plutôt simple, il suffit d'utiliser un carton souple gradué afin d'éviter de faire des points à des distances différentes.  Si la trame de votre tissu est bien visible, vous n'aurez pas besoin de cela, vous pouvez compter les fils et les utiliser comme base pour broder.  

 

Voici, en images, les étapes de la broderie cf. Fig. 8, 9, 10 et 11

Je vous propose, les étapes de la broderie sous forme de 5 vidéos. J'espère qu'elles vous seront utiles. 


Assemblage (coiffe simple et brodée)

Une fois l'étape de la broderie terminée, vous pouvez faire les fronces qui vont permettre de réduire le volume de la coiffe et donner la forme arrondie qui va envelopper la tête comme on le voit très bien sur les Fig. 3 et Fig. 4.

 

Pour les fronces, j'ai opté pour de petits plis canons. 

 

 

 

 

Fig. 12 Utilisez le modèle de la broderie pour éviter de gaspiller de papier. Les plis se font sur la partie basse de la coiffe. 

Vous pouvez faire deux rangées de points avant comme sur la photo ci-contre.

Tirez les fils et fixez-les sur le tissus à l'aide de quelques points de couture. Voici ce que vous obtenez cf. Fig. 13 et 14, ci-dessous.

Couture de la lanière

Préparez une bande de lin de 4cm de large et d'une longueur minimum de 12Ocm. Vous pourrez couper le surplus après avoir essayé de faire deux fois le tour comme le montrent les sources. Cette longueur dépend vraiment des têtes et de la quantité de cheveux que vous avez.

Pliez la bande en 4 et repassez-la pour en faire un biais. 

Elle sera fixée sur toute la coiffe.

Fig. 15 - Fixation du biais.
Fig. 15 - Fixation du biais.

 

 

 

 

Fig. 15 Fixez un quart du biais sur l'endroit de la coiffe.

 

 

 

 

 

 

Fig. 16 Faites un point avant pour fixer ce premier quart du biais. Une fois terminé, pliez la deuxième moitié du biais et rabattez-le sur l'intérieur de la coiffe, il sera cousu au point de surjet.  

Fig. 16 - Couture du biais.
Fig. 16 - Couture du biais.

Une fois la couture finie, faites un essai pour avoir la longueur définitive de votre lanière. 

 

Fig. 17 - Point de renfort.
Fig. 17 - Point de renfort.

 

 

 

 

 

Fig. 17 Pour les deux coiffes (brodée et simple), arrêtez la couture avant la fin. Il faut laisser, comme sur l'image ci-contre, un espace afin de pouvoir mettre votre coiffe. 

Faites un point de renfort à la fin de la couture afin d'éviter que le tissu ne se déchire sous la tension. 

Fig. 18 - La coiffe terminée.
Fig. 18 - La coiffe terminée.

 

 

 

 

 

 

Fig. 18 Coiffe terminée. La lanière est cousue à ses deux bouts.


Porter la coiffe

La coiffe, comme le montrent les sources se porte derrière les oreilles. Par ailleurs, cette façon ne convient pas à toutes. Personnellement, je suis obligée de la porter sur les oreilles étant donné qu'elle glisse sur mes cheveux. J'ai essayé plusieurs fois mais sans succès.  Il est possible de fixer les lanières à l'aide d’épingles historiques.  

 

Voici une vidéo qui vous montre comment mettre votre coiffe. 

 

 

Des exemples de port de la coiffe de Sainte Brigitte avec Aurore, Elisabeth et moi-même. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 19 Aurore, lors d'une démonstration de tissage au peigne. 

Photo postée par la page Facebook de la ville de Bayeux. 

 

 

 

 

 

Fig. 20 Photo prise dans le village reconstitué de Château-Thierry.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 21 La coiffe est très pratique : Elisabeth la porte sous le voile, les cheveux sont ainsi maintenus. Les épingles sont fixées sur la coiffe. Elle peut très bien être portée avec un touret  à la place de la crépine.

Sur l'image ci-dessous Fig. 22, c'est une proposition de port de la coiffe. Elle est associée au chaperon. Rappelons que le chaperon, au XIIIe siècle n'est portée par les femmes que dans un cadre de travail en extérieur.

C'est notre interprétation de la source Folio 17v. Le chaperon n'étant pas rabattu, le tissu blanc qu'on voit sur le font de la femme pourrait être une coiffe comme celle que j'ai réalisée dans ce tutoriel. Cela pourrait être logique étant donné que cette pièce permet de bien ramasser les cheveux. 

A suivre ...